Quelques affiches grand format de lĠUNEF


Meeting ˆ la Mutu, entre 1973 et 1975

Affiche Žlectorale (annŽes 1970 ?)

Affiche pour des Žlections aux CROUS, vers 1985

Affiche gŽnŽrale, vers 1995
Une des deux anciennes affiches conservŽes dans l'armoire du local de Paris IV pour des raisons mystŽrieuses (il n'y avait lˆ aucune autre archive antŽrieure ˆ 1995), exhumŽe et affichŽe lors du dŽmŽnagement vers l'intŽrieur de la Sorbonne ˆ la rentrŽe 1999. Nous n'en savons pas plus sur ce meeting, sinon que, RenŽ Maurice a ŽtŽ prŽsident du printemps 1973 au printemps 1976 L'autre. Une seule certitude: elle remonte au temps de la loi Faure, quand le nombre d'Žlus Žtudiants dŽpendait de la participation. C'Žtait aussi le temps o l'UNEF qui fut plus tard ID appelait ˆ boycotter ces Žlections, ce qui contribue ˆ expliquer que pour l'UNEF, la participation ait ŽtŽ l'enjeu principal. Elle date donc d'entre 1971 et 1984. Le style Žindiquerait plut™t les annŽes 1970. Tout lecteur en sachant plus est priŽ de nous l'Žcrire ˆ tombeau@unef.org TrouvŽe au hasard du Web, o elle Žtait mise en vente. La mention SolidaritŽ Žtudiante semble indiquer une date postŽrieure ˆ 1982. Nous n'avons aucune autre information. La dernire affiche gŽnŽrale grand format sortie par l'Union nationale ˆ notre connaissance (ici, photo d'un exemplaire retrouvŽ ˆ ƒvry), que nous avions donc logiquement choisie pour mettre ˆ la une du site. Certains y ont dŽnoncŽ l'absence totale de contenu revendicatif. D'autres (dont les derniers partisans du maintien de l'UNEF en 2000/01, qui l'ont utilisŽe) apprŽciaient au contraire son c™tŽ simple, et global.

Un panneau collŽ pour les Žlections du 19 dŽcembre 1973 ˆ Poitiers
Miraculeusement retrouvŽ ˆ lĠUniversitŽ de Poitiers (B25, ex b‰timent mŽcanique sur le campus) en mai 2019, et photographiŽ par Karl Joulain avant sa destruction


Une photo prise ˆ Montpellier

Affiche pour les Žlections du CROUS 1998

Affiche parisienne pour les Žlections du CROUS 2000

Affiche parisienne pour les Žlections du CROUS 2000
On y voit trois affiches grand format, datant de 1995 environ Affiche pour les avant-dernires Žlections du CROUS, en mars 1998. Le crayon est sans doute une allusion subtile au vieux truc "Des gommes, des crayons !" que ses adversaires des annŽes 1970 attribuaient ˆ l'UNEF. La dernire de l'Union nationale qui ait eu un fort caractre revendicatif. Elle est, comme les deux premires de cette sŽrie, toujours au local de l'AGEPS o nous l'avons photographiŽe. Deux affiches imprimŽes par les AGE dĠIle de France ˆ qui lĠaffiche nationale (non retrouvŽe ˆ ce jour) ne convenait pas, en format A3. La premire se voulait clairement une rŽponse ˆ lĠaffiche dite porno de lĠUNEF-ID (que lĠUNEF ÇÊrŽunifiŽeÊÈ ressort pŽriodiquement)

Affiche gŽnŽrale, juillet 2000

Affiche pour le SOS Inscriptions en Ile de France, juillet 2000

La premire de ces deux affiches fut le symbole de la lutte entreprise par plusieurs AGE en juin 2000 pour le renouveau de l'UNEF, contre ce qu'elles appelaient sa liquidation dans l'UNEF-ID, puis de l'Žchec de cette lutte. Elle fut l'Ïuvre d'Emmanuel Lyasse (pour le texte) et de Guirec Manceau (pour la mise en page), dans l'urgence, ˆ la fin juin 2000. Elle fut imprimŽe par l'UNEF ƒvry ˆ temps pour servir sur les cha”nes de juillet. Le titre avait ŽtŽ soigneusement pesŽ pour tre ˆ double sens. Pour la plus grande partie du public Žtudiant, c'Žtait un slogan banal dans la lignŽe des prŽcŽdents. Pour les initiŽs, l'expression "avec l'UNEF, continuons" signifiait clairement "Continuons l'UNEF", et montrait donc de quel bois ses auteurs se chauffaient. Le texte avait pour but de dŽcrire leur conception du syndicat, articulant clairement un contenu revendicatif fort, et un travail de dŽfense des Žtudiants cas par cas, sans heurter les AGE jusque lˆ de la majoritŽ mais hostiles ˆ l'unification. C'est pourquoi il reprenait le slogan "Pour une universitŽ publique de qualitŽ ouverte ˆ tous" qui avait ŽtŽ peu de temps auparavant celui de toute l'UNEF, et qui avait dŽjˆ, pour la mme raison, fourni le titre de la tentative de lsite de rassemblement pour le CNESER. C'est pourquoi aussi on avait prudemment choisi de ne pas dŽsigner les rŽformes contre lesquelles il s'agissait de lutter, chaque lecteur Žtant priŽ de juger lesquelles cassaient l'UniversitŽ publique. Le numŽro de tŽlŽphone Žtait celui du local en Sorbonne de l'UNEF Paris IV, point central et leader incontestable du mouvement depuis que l'UNEF Caen avait choisi de lui tourner le dos en fondant unilatŽralement la FSE. L'adresse Žtait celle du site unef.org, alors contr™lŽ par l'UNEF ƒvry (voir la rubrique: histoire du site) et depuis le 5 juin ouvertement au service de la dŽmarche. La direction de la rue Pailleron prit, ˆ raison, cette affiche et la suivante, avec ce numŽro de tŽlŽphone et cette adresse internet, comme un acte de dissidence ouverte. Elle annona un procs, qui ne vint pas. L'affiche fut utilisŽe de juillet 2000 au printemps 2001 par les quatre AGE de la rŽgion parisienne (sur six ou sept rŽellement existantes) qui participaient ˆ la dŽmarche, Paris IV, Paris I, ƒvry et Paris XII (CrŽteil), et par l'AGEL-UNEF de Lille. Autant qu'il nous en souvienne, Lyon et Montpellier l'utilisrent Žgalement, dans une moindre mesure. Aprs juin 2001, l'UNEF RŽsistance l'utilisa encore, mais en masquant le numŽro de tŽlŽphone, puisque Paris IV avait choisi une autre voie.
La seconde a exactement la mme histoire que la prŽcŽdente, ˆ ceci prs qu'elle fut conue pour l'ële de France seulement, et pour une lutte prŽcise, le SOS Inscription, qui Žtait l'essentiel de l'activitŽ des AGE franciliennes en juillet et en septembre (son importance Žtait bien moindre en province o les problmes Žtaient moins nombreux). Elle servit donc uniquement aux quatre AGE de Paris IV, Paris I, ƒvry et Paris XII, autoproclamŽes pour l'occasion FAGIF (une vieille structure de l'UNEF alors presque oubliŽe. Elles continueront ˆ utiliser ce nom durant l'annŽe 2000/01, avec en plus l'AGEO-UNEF (Orsay) alors ralliŽe). Elle s'inscrivait nettement dans la continuitŽ d'une lutte phare de l'UNEF, que ses auteurs accusaient la direction Pailleron d'abandonner en fusionnant avec l'U-ID qui n'Žtait sur les cha”nes que pour faire des cartes, mais avec une nette inflexion: elle revenait ˆ la mise en cause de principe du systme RAVEL, ˆ laquelle l'Union nationale avait renoncŽ depuis longtemps pour s'en tenir ˆ la ligne "faire appliquer la loi" (mais que l'UNEF Paris IV avait reprise ˆ partir de 1998, voir la rubrique AGE).
(Contrairement aux images prŽcŽdentes, il ne s'agit pas de photos d'affiche, mais des fichiers jpeg d'origine fourni ˆ l'imprimeur, ce qui explique sa meilleure qualitŽ)