UNION NATIONALE
des
ETUDIANTS DE FRANCE

ð FondŽe ˆ Lille en 1907 ð Reconnue d'utilitŽ publique le 16 mai 1929 ð Membre fondateur de l'UIE ð
Charte de Grenoble, 1946, naissance du syndicalisme Žtudiant ð Fondatrice de la MNEF ð
59me Congrs Paris 1971 Renouveau du Syndicalisme Etudiant ð

Ê

COMMUNIQUE DE PRESSE
DE PHILIPPE LIEUTAUD ET JIHAD WACHILL,
MEMBRES DU BUREAU NATIONAL

TŽlŽcharger au format RTF
TŽlŽcharger au format PDF

Le dossier complet sur la prŽtendue rŽunification
Retour ˆ la page d'accueil

Le collectif national de l'UNEF s'est rŽuni avant-hier, samedi 23 septembre, ˆ l'UniversitŽ de Paris VIII.

C'Žtait sa premire rŽunion depuis le dŽp™t pour l'Žlections des reprŽsentants Žtudiants au CNESER d'une liste de l'UNEF-ID comprenant trois membres du Bureau national de l'UNEF, et d'une liste de rassemblement syndical comprenant dix-sept Žlus des AGE de l'UNEF, celle-ci ayant ŽtŽ invalidŽe dans des conditions manifestement irrŽgulires, celle-lˆ ayant obtenu 684 voix, soit moins que les 715 Žlus revendiquŽs par la seule UNEF-ID.

Ds l'ouverture des dŽbats, Sylvestre Roth a lu au nom des AGE de Paris IV, Paris I, Evry et CrŽteil la motion suivante:

"La direction nationale issue du 79e congrs prŽtend organiser le 80e en octobre ou novembre, alors qu'ˆ la date d'aujourd'hui aucun travail de prŽparation n'a ŽtŽ accompli.

Certains de ses membres semblent mme suggŽrer qu'il serait opportun de le supprimer au profit d'un questionnaire envoyŽ aux adhŽrents, ce qui ferait perdre moins de temps. Ceux-lˆ au moins ont une dŽmarche cohŽrente, qui considrent qu'il faut, par les moyens les plus Žconomiques, amener l'UNEF lˆ o la majoritŽ des AGE ne veulent pas aller: le prŽtendu congrs de rŽunification convoquŽ par l'U-ID en dŽcembre, tout ayant ŽtŽ tranchŽ dŽfinitivement par le vote d'une liste unique au CNESER par un CN ˆ l'ordre du jour duquel elle ne figurait pas.

On donne donc ˆ choisir au CN entre un congrs fant™me et un questionnaire bidon pour, comme on a liquidŽ sa reprŽsentation autonome au CNESER, liquider l'UNEF elle-mme.

Nous refusons ce choix parce que nous refusons d'en tre rŽduits ˆ choisir les modalitŽs d'une liquidation inŽluctable. Nous voulons un vŽritable congrs qui dŽcide, aprs dŽbat dans toutes les AGE, d'une ligne syndicale cohŽrente et consŽquente, sur la question de l'unitŽ avec l'U-ID comme sur toutes les autres. Cela suppose un certain temps de prŽparation. C'est ˆ raison que l'article 43 du rglement intŽrieur spŽcifie que "Le Bureau National soumet ˆ l'ensemble des adhŽrents des textes qui doivent parvenir aux AGE deux mois avant l'ouverture du Congrs national". Comme la rŽdaction de tels textes n'a pas encore ŽtŽ commencŽe, cela exclut que le 80e congrs se tienne avant la deuxime moitiŽ du mois de dŽcembre."

Cette motion a finalement ŽtŽ mise aux voix ˆ 16h45. Ont votŽ pour les AGE de Paris IV, Paris I, Evry, Paris XII, Lyon, Nantes, Arras (deux dŽlŽguŽs chacune), Lille, Rouen et Bordeaux (un dŽlŽguŽ) ainsi que Philippe Lieutaud, Jihad Wachill, Manuel Canevet et Hugues LŽvŽcot, membres du Bureau national, soit au moins 21 voix. La prŽsidence de sŽance a pourtant dŽclarŽ qu'elle Žtait rejetŽe par 22 voix contre 20. Parmi ceux qui ont votŽ contre se trouvait un prŽtendu dŽlŽguŽ de Montpellier non mandatŽ par son AGE, comme vient de le confirmer son prŽsident, CŽdric Sudres, et trois venant de Jussieu et Nanterre, o l'UNEF n'a plus eu d'activitŽ depuis plus d'un an, Žtant en particulier absente de la campagne pour les Žlections du CROUS en mars.

Les quatre AGE qui avaient dŽposŽ la motion ont donc dŽclarŽ qu'elles la considŽraient comme adoptŽe. Le refus de la minoritŽ de reconna”tre ce fait a conduit les seize dŽlŽguŽs de Paris IV, Paris I, Evry, Paris XII, Lyon, Nantes, Arras, Lille, et Rouen, Philippe Lieutaud, Jihad Wachill et Manuel Canevet ˆ quitter la salle, au moment o Karine Delpas et Silvre Magnon prŽtendaient avoir fait adopter le week-end du 11 novembre comme date du 80e congrs de l'UNEF.

Ce collectif national a confirmŽ l'illŽgitimitŽ de la direction nationale issue du 79e congrs, qu'il a mise en minoritŽ malgrŽ le poids que les statuts donnaient en son sein ˆ cette direction. Plus de la moitiŽ des votes en sa faveur provenaient du bureau national, dont la majoritŽ des AGE avaient exigŽ la dŽmission en juin aprs qu'il eut engagŽ la liquidation de l'UNEF dans l'UNEF-ID, et que l'Žcrasante majoritŽ des Žlus UNEF a dŽsavouŽ en ne votant pas pour la liste qu'il soutenait au CNESER..

Ce CN a confirmŽ aussi la prŽtention de cette direction ˆ poursuivre cette liquidation contre la majoritŽ des AGE de l'UNEF, de leurs militants et de leurs Žlus. Alors que nous demandions la simple application des statuts, on nous a rŽpondu, avant de falsifier le rŽsultat du vote sur ce point, qu'il ne devait plus tre question de ces statuts, puisqu'il s'agissait de construire une nouvelle organisation. Ceux-lˆ ne pouvaient dire plus clairement qu'ils avaient dŽjˆ quittŽ l'UNEF. Nous, nous y restons.

Nous appellerons donc dans les jours ˆ venir toutes les AGE de l'UNEF ˆ se rŽunir en assemblŽe gŽnŽrale extraordinaire pour tirer les consŽquences de cette situation et prŽparer le 80e congrs de l'Union nationale, qui doit vivre pour continuer ˆ dŽfendre les intŽrts des Žtudiants de France.

En Sorbonne, le 25 septembre 2000.

Philippe Lieutaud,
Žtudiant en DEA d'Histoire ˆ Paris IV,
ancien prŽsident de l'UNEF Paris IV (AGEPS)
membre du Bureau national de l'UNEF depuis octobre 1998

ÊÊÊÊÊÊÊÊ

Jihad Wachill,
Žtudiant en Ma”trise de Droit ˆ Paris I,
ancien prŽsident de l'UNEF Paris I
membre du Bureau national de l'UNEF depuis avril 1999