L'AGE aprs le printemps 2001: fin de l'UNEF Paris IV et survie (dialectique) de l'AGEPS

L'UNEF Paris IV avait ŽtŽ le fer de lance, vous devez commencer ˆ le savoir, de la lutte contre ce qu'elle considŽrait comme la liquidation de l'UNEF, que d'autres appelaient refondation ou rŽunification, de juin 2000 ˆ janvier 2001, avec une direction Philippe Lieutaud / Emmanuel Lyasse ressuscitŽe (de fait d'abord, en droit ˆ partir de la rentrŽe).

Elle est entrŽe en crise aprs sa dŽfaite aux Žlections du 12 dŽcembre 2000 contre l'U-ID, moins par la dŽfaite elle-mme, qui n'Žtait que le retour ˆ une vieille habitude, que par ce qu'elle rŽvŽlait de son incapacitŽ ˆ renouveler ses militants et ses cadres. Le retrait d'Emmanuel Lyasse du secrŽtariat ˆ l'orga (Volontaire, pour raison d'‰ge. Pour une fois, il n'a pas ŽtŽ virŽ. Voir le premier texte ci-dessous), o lui a succŽdŽ Dan Gutman en janvier lors d'une assemblŽe gŽnŽrale qui n'a pas laissŽ d'autre trace, a confirmŽ cette incapacitŽ. L'AGE n'a plus d'apparition en tant que telle sur l'UniversitŽ (hors une petite affiche) aprs les Žlections.

Le contexte national n'incitait pas ˆ l'optimisme. Si l'Žchec de la ÇÊrŽunificationÊÈ semblait alors acquis (Il l'Žtait, d'ailleurs, quoi qu'on en ait dit par la suite), tout indiquait (le dŽsastreux CN du 3 fŽvrier [compte-rendu, alors en privŽ, d'E. Lyasse] en particulier), que notre Union nationale Žtait condamnŽe ˆ dŽpŽrir, laissant l'autre UNEF seule. La plupart des autres AGE n'Žtaient pas trs en forme non plus.

Le 2 avril, Philippe Lieutaud, Daniel Lemoine et Dan Gutman ont proposŽ de rŽsoudre le problme par la transformation de l'AGE en syndicat exclusivement local, ne s'affichant plus comme UNEF, mais comme AGEPS. Cette proposition Žtait soutenue par des anciens adhŽrents de Clignancourt, qui avaient quittŽ l'UNEF, mais disaient qu'ils reviendraient ˆ l'AGEPS. Une assemblŽe gŽnŽrale a ŽtŽ convoquŽe pour le 27 avril, pour adopter de nouveaux statuts et un manifeste. Emmanuel Lyasse a manifestŽ immŽdiatement son opposition, alors sans grande intention d'insister.

Entre-temps, la direction de l'UN a relancŽ (BN du 22 avril [compte-rendu de Jihad Wachill sur le forum unef.org]) le projet de liquidation officielle sous prŽtexte de rŽunification, provoquant une vive rŽaction de presque toute les AGE, ce qui changeait tout pour Philippe Lieutaud, qui a voulu reprendre la tte de l'opposition, mais non pour ses camarades localistes. Il a donc dž jongler avec l'idŽe du maintien de l'affiliation sans affichage local, ce qu'Emmanuel Lyasse ne pouvait accepter, d'o le masssacre. L'AG, aprs un dŽbat presque uniquement ˆ deux, a donnŽ une majoritŽ certaine ˆ l'AGEPS. Le massacre s'est alors dŽplacŽ au niveau national, contribuant sinon ˆ l'Žchec des opposants, du moins ˆ son caractre ridicule.


Contribution d'Emmanuel Lyasse
adressée au bureau d'AGE en janvier 2001

Convocation pour l'assemblée générale du 27 avril 2001

Le manifeste et les statuts de l'AGEPS,
adoptés par cette AG

La contribution à cette AG
d'Emmanuel Lyasse, Sophie Grosjean et Matthias Vincenot

L'AGEPS tient donc les cha”nes d'inscription (avec un guide tirŽ des prŽcŽdents, voir plus bas) et la rentrŽe comme syndicat local. Deux obstinŽs, Emmanuel Lyasse et Sophie Grosjean, tentent de relancer une UNEF Paris IV maintenue, avec le soutien des AGE d'Evry (donc d'unef.org), de Lille et (ˆ partir de sa scission de dŽcembre) du dŽbris de Paris I (Oxygne), et renoncent rapidement. Le 12 novembre 2001, l'AGEPS abjure son localisme pour rejoindre la FSE (crŽŽe ˆ Caen en juin 2000. Voir la rubrique UNEF en 2000 du site, et le tŽmoignage d'Emmanuel Lyasse sur ce mois de juin) P. Lieutaud et D. Gutman contre D. Lemoine. Son site web dans une version du printemps 2002, avec les textes de l'annŽe, est toujours en ligne sur free, ce qui nous a permis de mettre des liens vers eux ci-dessous.


Le tract d'octobre des obstinŽs

Leur Trait d'Union 19

Leur mise ˆ jour du site web

(Pour l'aveu d'Žchec, cliquer sur octobre 2002 en bas ˆ droite)

Le SOS-Inscriptions 2001 sur le site de l'AGEPS

Le guide 2001, au mme endroit

Le Trait d'Union 19 de l'AGEPS

Les tracts de l'AGEPS FSE pour les Žlections aux UFR du 19 fŽvrier 2002

Le Trait d'Union 20 de l'AGEPS FSE
, avec une dŽclaration ÇÊDe l'AGEPS ˆ l'AGEPS FSEÉÈ

Aprs un congrs de la FSE trs violent en juin, l'AGEPS la quitte le 5 novembre 2002, et passe ˆ l'UNEF ÇÊrŽunifiŽeÊÈ , le 16 dŽcembre (Il y a eu certainement ce jour lˆ plus de militants ralliŽs que celui de la ÇÊrŽunificationÊÈ officielle) contre des garanties sur son autonomie locale. Nous n'avons actuellement aucun document ˆ reprendre ici ˆ ce sujet.

Les deux obstinŽs de la rentrŽe 2001, et Jihad Wachill passŽ de Paris I ˆ Paris IV, montrent alors des listes poŽtiquement nommŽes Oxygne UNEF RŽsistance syndicale pour les Žlections du 25 fŽvrier 2003, et trouvrent le soutien paradoxal certes de la FSE. Dix pour cent. Pas de suites. Le site web, rŽveillŽ pour cette occasion, ne bougera plus avant le passage ˆ la version historique en 2007.


Le tract d'O-U-RS
pour les Žlections du 25 fŽvrier 2003

Le site web
, avec d'autres textes, et le rŽsultat commentŽ des Žlections

Le dernier Sorbonnard dŽcha”nŽ de l'AGEPS sous logo UNEFexid (mars 2007)

Le Sorbonnard dŽcha”nŽ de l'AGEPS annonant sa sortie de l'UNEFexid (mars 2007)

Le tract de l'AGEPS pour les Žlections du 13 mars 2007.

Le Sorbonnard dŽcha”nŽ numŽro 27 (mai 2010), avec la tribune d'unef.org

En janvier 2007, l'AGEPS a quittŽ l'UNEFexID pour redevenir autonome, et survŽcu trs longtemps (elle semble avoir disparu vers 2021). Elle nous avait demandŽ, pour son bulletin Le sorbonnard dŽcha”nŽ de juin 2010 (numŽro 27), un article sur unef.org La marche de l'Histoire avait ŽtŽ particulirement dialectique.